Cultiver le lien précieux avec les grands-parents

Un cadeau personnalisé pour les grands-parents
« Je regrette de ne pas savoir grand-chose sur mes grands-parents… » Avez-vous déjà entendu cette phrase venant de petits-enfants ? Peut-être vous a-t-elle déjà traversé l’esprit avec une pointe de mélancolie. Nos grands-parents sont nos racines. Ils sont parfois un véritable réservoir d’affection dans lequel les parents et leurs propres enfants peuvent puiser pour nourrir leur vie familiale. Pourquoi aimerions-nous mieux les connaître ? Comment cultiver ce lien transgénérationnel ? Comment s’assurer que leur mémoire perdure à travers la nôtre ?

Grands-parents à petite distance

Certains habitent loin de leurs grands-parents, ce qui permet de passer des vacances ensemble et de partager le quotidien de leurs aînés. D’autres vivent géographiquement proche de leur famille et peuvent se voir plus régulièrement.

Le quotidien ou l’exceptionnel entre générations

J’ai eu la chance de grandir non loin de mes deux paires de grands-parents. Avec ma fratrie nous allions déjeuner le mardi chez Mamie et Papy. Encore aujourd’hui je pense à eux avec émotion quand je mange le traditionnel poulet-frites. Le jeudi c’était direction chez Grand-père et Grand-mère et l’incontournable partie de Scrabble après déjeuner. Autant vous dire que je ne gagnais pas souvent.

La régularité de ces moments a créé une véritable complicité. Nous avons instauré nos propres rituels, sans passer par les parents. Ces échanges privilégiés ont renforcé notre relation et l'ont rendue encore plus précieuse. Ce lien va perdurer à travers les générations.

Quelle place pour les grands-parents ?

Cette relation avec mes grands-parents a été riche et structurante. Pour autant, mes grands-parents n’avaient pas charge de mon éducation J’ai reçu un complément à l’amour de mes parents à travers ce lien d’amour familial particulier.

Avec les grands-parents, la relation est allégée des contraintes du rôle éducatif. Au-delà du lien de parenté, c’est un véritable don familial que nous offre la vie. Le rapport au temps aussi est différent avec papi et mamie, dans la mesure où ils sont pleinement disponibles pour nous : jeux dans le jardin le matin, bricolage, déjeuner, un câlin et c’est reparti pour jardiner avant le goûter.

C’est aussi une joie pour eux de s’occuper de nous dans les bons moments, de replonger dans la légèreté de l’enfance et de recevoir l’affection des petits-enfants ! Avec mes grands-parents, j’ai bricolé, découvert la musique, cuisiné, joué à toutes sortes de jeux de cartes ou de société ! Bref j’ai beaucoup reçu.

Pourquoi les grands-parents sont-ils importants pour les petits enfants ?

Je suis très reconnaissante de tout ce que m’ont transmis mes grands-parents. J’ai souvent envie de les remercier pour ce temps, cette affection et tout ce qu’ils m’ont apporté. Je ne serais pas la même sans eux, sans avoir bénéficié de ces liens de parenté.

J’ai cheminé autour de cette idée de la transmission, l’expression de sa reconnaissance et de l’écriture partagée. J’ai eu à cœur d’ancrer ces histoires familiales passées, mais vivantes, pour pouvoir les faire perdurer dans le temps.

L’écriture comme lien entre les grands-parents et petits enfants

La correspondance comme terreau d’échange

Même si vous êtes loin de vos grands-parents et que vous ne les voyez que pendant les vacances, vous pouvez trouver des moyens d’échanges privilégiés. Avec ma grand-mère, nous nous sommes écrit beaucoup de lettres puis de courriels. Par l’écriture, notre relation s’est enrichie. Nous avons partagé des choses légères ou des réflexions plus élaborées ! De ses discussions avec ses copines de bridge à mes questionnements professionnels : on pouvait parler de tout.

D’où ce constat : l’écriture sert la transmission et le partage affectif, même lorsque l’on ne peut pas voir sa famille. Peut-être que l’écrit ouvre la porte de l’intime plus facilement par l’intermédiaire de l’encre et du papier. Peut-être y pose-t-on sa réflexion avec l’idée implicite que « Les écrits restent ».

Écrire la biographie de ses grands-parents

Afin de structurer ce travail de mémoire, j’ai proposé un jour à mes grands-mères adorées d’écrire leur biographie.

La première m’a dit : « je n’ai rien à raconter, ma vie n’est pas intéressante ». Aujourd’hui je regrette de ne pas avoir insisté. Je n’ai pas eu l’idée de lui poser des questions afin de faire émerger le côté extraordinaire de chaque existence, dont la sienne. Ce qu’elle trouvait banal dans sa vie était pour moi une belle trajectoire. J’aurais pu lui demander : « De quoi es-tu fière ? Qu’est-ce que tu as aimé ? Quelles sont tes plus belles rencontres ? Ta meilleure recette ? Ce que tu aimerais que je transmette à mon tour à mes enfants ? ». Le jeu Dis-raconte n’existait pas encore à l’époque…

Avec la seconde, qui n’a pas osé refuser ma proposition, j’ai pu poser les mots sur 80 années de vie. J’ai réalisé l’écriture de sa biographie. J’ai recueilli ses souvenirs par téléphone pendant des heures, puis rédigé en essayant de ne pas trahir sa pensée. Nous avons imprimé un livre, mis en page par mon oncle et illustré par ma tante, livre qui a été diffusé auprès de toute la famille. Cette expérience a contribué à renforcer nos liens, j’ai eu la fierté de devenir un peu le porteur d’une mémoire familiale et de vivre ce partage pudique mais intime.

Transmettre la vie des grands-parents aux petits enfants

La vie, cette histoire de rencontres

Ce qui fait la richesse d’une vie ce sont les rencontres, les relations que l’on tisse. J’ai eu envie que chacun puisse contribuer à exprimer par écrit sa reconnaissance envers un être cher, ses grands-parents notamment. Avec le rêve aussi qu’ils puissent lire de leur vivant, l’affection dont ils sont le centre.

Ma volonté a alors été de permettre aux gens de se réapproprier les belles rencontres qu’ils ont faites, comme autant de voix qui raconteraient un morceau de vie.

Et si chacun racontait un morceau de vie de mamie ?

Mettre en commun les expériences de vie qui nous réunissent malgré l’éloignement n’est pas toujours facile pour nos parents. C’est même parfois un sacré défi. Bien entendu, chez Reliez-vous nous pensons que le livre d'or pour les grands parents permet de relever un tel défi. Il offre une double opportunité de renforcer les liens familiaux :

  • À ceux qui écrivent il permet de raconter ce qu’ils savent de la personne à travers des souvenirs agréables et heureux.
  • À ceux qui le lisent il permet de revivre sa propre histoire à travers toutes les belles rencontres qu’ils ont faites.

Et c’est encore mieux de réaliser et offrir ce livre du vivant de la personne, afin d’alimenter toujours le lien et créer de nouvelles expériences à raconter.

Comment inciter des personnes à témoigner ?

Vous pouvez les inciter à écrire en les accompagnant via des questions : « Quel est votre meilleur souvenir avec Christiane ? Que vous inspire mamie Nicole ? Quelle est la blague préférée de Papy René ? Qu'adoreriez- vous chez pépé Denis ? » Finie l’angoisse de la page blanche ! Ces questions déclenchent l’écriture et invitent à la plongée dans les souvenirs. Répondre à ces questions est à la portée de chacun. Pour la personne qui recevra ce livre, le fait d’avoir ce bouquet de témoignages est extrêmement puissant en termes d’émotion. Joie, nostalgie, fierté et peut-être la prise de conscience de l’immensité d’amour dont ils sont le centre.

Pour résumer l’intérêt de rassembler et d’offrir un livre d’or en commun pour une personne âgée :

  • Transmettre des souvenirs : rassembler et les partager en textes et en photos ;
  • Témoigner son affection : dire tant qu’il est temps notre amour ;
  • Resserrer les liens : nourrir la relation dans un projet familial.

Cet album de gratitude à plusieurs suscitera de belles émotions auprès de nos seniors ! Lancez-vous.

Julie de Reliez-vous